LES PEPITES BOTANIQUES DE SAINT-MELOIR

Julien Gaillard est un habitué des podiums. Infatigable dénicheur de plantes rares et exotiques, il a réussi l’exploit peu commun de recevoir trois trophées lors de la fête des plantes de printemps 2018 de Saint-Jean-de-Beauregard. Avec son associé Romain Doucet, il collectionne et cultive depuis 2012 sur quelques hectares de terre, à Saint-Méloir-des-Ondes, près de Saint-Malo (Ille-et-Vilaine), pas moins de 500 espèces d’arbres et d’arbustes.

 

Sa recette ? Echanger, avec des botanistes et des pépiniéristes du monde entier, des graines qu’il reçoit par la poste, à la recherche de nouveautés qu’il tente d’acclimater à sa terre bretonne. « Parfois, je n’ai que quelques graines et je mets des années, quand je tombe sur un spécimen intéressant, à trouver la bonne méthode pour le multiplier », explique-t-il.

trouve-plante-pepiniere-saint-meloir
Dans la serre de la pépinière de Saint-Méloir, des jeunes plants récemment bouturés

Sa préférence va pour les plantes « graphiques » comme  Muehlenbeckia astonii, petit arbuste néo-zélandais aux fines branches en zigzag ornées de petites feuilles rondes ou encore le surprenant Pseudopanax ferox, originaire lui aussi de Nouvelle-Zélande qui, au stade juvénile, a des allures de brosse de ramoneur. Mais il y a aussi Ugni molinae ‘Butterball’, un myrte natif du Chili aux splendides pousses jaune doré qui peut remplacer le buis, dévasté par la pyrale, dans les parties pas trop ensoleillées du jardin. Et tant d’autres !

CHANGEMENT CLIMATIQUE

Une bonne partie de ses nouveaux pensionnaires ont trouvé place dans le petit arboretum, ouvert à la visite, que Julien a aménagé aux abords de ses serres. Ses clients jardiniers ont ainsi la possibilité de voir ce que donnera, dans quelques années, le jeune plant qu’ils projettent d’acquérir.


Curieux de tout, Julien n’en est pas moins soucieux de proposer des plantes adaptées au contexte local et au changement climatique en cours. Autrement dit une flore capable de supporter des canicules de plus en plus sévères en été mais aussi des coups de froid, toujours possibles, en hiver. C’est notamment le cas du Pittosporum truncatum, un arbuste chinois à l’abondante floraison blanc-crème très parfumée, pouvant supporter des températures allant jusqu’à -15°C, une résistance peu commune dans ce genre botanique.


« Dans l’ensemble, je privilégie les espèces botaniques car elles sont généralement plus rustiques et moins sensibles au parasitisme que les créations variétales »,
 constate-t-il.

Dernière corde à son arc, Julien a créé, toujours avec Romain Doucet, une entreprise de paysagisme, Les Jardins d’ailleurs, à travers laquelle il propose la conception, l’aménagement, la plantation (avec les végétaux issus de sa pépinière) et l’entretien de jardins.


Pour en savoir plus :
 www.paysagiste-saint-malo.fr

trouve-plante-pepiniere-saint-meloir-julien-gaillard